La prière de l’éclipse

image_pdfimage_print

Question : Comment faire la prière de l’éclipse ?

Réponse : Voici quelques détails quand à la façon d’accomplir la prière de l’éclipse solaire d’après les différentes écoles:


D’après l’école hanafite:

Cette prière, qui consiste en deux « Rak’ates » (cycles), s’accomplit en groupe exactement de la même façon que toutes les autres prières, avec, pour chaque « Rak’ate », un seul « Roukou' » (rituel qui consiste à s’incliner devant Dieu, en tenant fermement ses genoux) et deux « Soudjoûd » (prosternations).

Leur avis repose notamment sur un Hadith rapporté par Qabîsah ibn Makhâriq (radhia Allâhou anhou) et cité par Abou Dâoûd et An Nasaï. Il y a également deux autres Ahâdîth, l’un rapporté par Abou Bakrah (radhia Allâhou anhou) dans le Sahîh oul Boukhâri et l’autre par Abdoul Rahmân ibn Samoura (radhia Allâhou anhou) dans le Sahîh Mouslim, qui indiquent apparemment que le Prophète (sallallâhou alayhi wa sallam) avait accompli cette prière, comme n’importe quelle autre salât(avec un seul « Roukou' » donc).

Il n’y a pas de « Adhân » (appel à la prière), ni de « Iqâmah » (second appel à la prière précédant immédiatement celle-ci), ni même de « Khoutbah » (sermon) pour cette salât.

La récitation du Qour’aane par l’Imâm s’y fait à voix basse. Il est à noter que si l’Imâm ne se présente pas à la mosquée pour faire cette salât, les gens peuvent l’accomplir seuls chez eux.

D’après les trois autres écoles:

Cette prière comprend deux « Rak’ates », avec ceci de particulier que dans chaque « Rak’ate », il y a deux « Qiyâme » (période durant laquelle on reste en position debout), deux « Quir’âte » (période de récitation du Qour’aane), deux« Roukous' » et deux « Soudjoûd ». Cet avis majoritaire repose notamment sur des Ahâdîth rapportés par Abdoullâh ibn Amr’ (radhia Allâhou anhou) et Aïcha (radhia Allâhou anha) et cités par Boukhâri et Mouslim.

Voici la façon recommandée d’accomplir cette prière selon ces savants : On commence la salât normalement, et après avoir récité la « Fâtiha », on lit une longue sourate (comme la sourate « Al Baqarah » par exemple ou une autre sourate d’une longueur équivalente).

Ensuite, on fait le « Roukou' », après quoi on se relève et on récite environ deux cents versets. Puis on fait à nouveau le « Roukou' », suivi des « Soudjoûd » et on complète ainsi la première « Rak’ate ». Il est recommandé d’allonger les « Roukous' » et les « Soudjoûd ».

La seconde « Raka’te » s’accomplira de la même façon que la première. La seule différence tient au niveau de la portion du Qour’aane récitée: elle sera cette fois un peu plus courte (environ 150 versets puis cent versets).

D’après les écoles châféite et hambalite, il est permis d’accomplir cette prière seul, mais il est « sounnah » de l’accomplir en congrégation.

D’après l’école châféite, il est « sounnah » de faire précéder la salât d’une « Khoutbah » (sermon). Chez lesmâlékites, la « Khoutbah » est également recommandée. Pour les hambalites, il n’y a pas de « Khoutbah ».

Pour les châféites et mâlékites, la récitation du Qour’aane se fera à voix basse et pour les hambalites, elle se fera à haute voix.

Il est à noter qu’il existe encore d’autres façon d’accomplir cette prière qui a été relatée dans lesAhâdîth. Les savants de l’école hambalite indiquent ainsi qu’à part la façon citée plus haut, il est permis de la pratiquer de n’importe quelle autre façon rapportée du Prophète Mouhammad (sallâllâhou alayhi wa sallam). On peut également réciter durant cette salât des passages du Qour’aane beaucoup plus courts.

(« Al Fiqh oul Islâmiy » – Volume 2 / Pages 398 à 402)
Wa Allâhou A’lam !