La valeur du musulman…

image_pdfimage_print

Assalaamou
alaykoum

Louanges à Allah, Celui qui est unique sans associé, Premier sans
commencement, Dernier sans fin. Louanges à Allah qui nous a crée d’un même
père et d’une même mère, et qui nous a par la suite différenciés.
Louanges à Allah, Celui qui s’est fait connaître à nous par Sa création, et
qui en même temps se cache derrière Sa création. Louanges à Allah qui a
choisi pour nous la religion de vérité, conforme à la nature humaine, qui ne
fait qu’élever celui qui se consacre à elle.

Que la paix et le salut soient sur le meilleur des hommes(saw), celui qui
fut envoyé avec la lumière de la foi pour éclairer l’humanité, et lui
montrer la voie. Que la paix et le salut soient sur les gens de sa famille
qui ont accepté la vérité (r), ainsi que sur ses compagnons(r).

Dans ce qui est connu comme le dernier sermon du Prophète(saw) (en fait les
savants disent que ce jour là, il y eut plusieurs discours du Prophète(saw)),
et que l’on peut trouver dans toute librairie islamique on trouve, au début
du discours du saint Prophète(saw), une description magnifique de la valeur
du musulman. Le Prophète(saw) exhorte les Sahâbas(r) à considérer tout ce
qui touche au musulman comme étant sacré, exactement comme ils considèrent
comme sacrés, le jour de Arafat, la plaine de Arafat, le mois de Zoul-Hiddja,
etc…
Ces conseils qui valent plus que tout l’or du monde sont bien sûr également
pour nous, et j’allais dire surtout pour nous, puisque l’on a beaucoup plus
besoin de cela que les Sahâbas(r).

Dans
l’histoire de l’humanité, il n’y a pas d’exemple comparable à la fraternité
qu’a emmené le Prophète(saw) dans sa communauté.
Allah Taala a uni d’une telle façon les Sahâbas entre eux qu’il nous est
même aujourd’hui difficile de réaliser cela tant nous sommes loin de ces
qualités.

Ainsi,
lorsque les Mouhâdjiriines (ceux qui ont émigré pour protéger leur foi de
Makkah Moukarramah vers Madina Mounawwrah) sont arrivés à Madina Mounawwarah,
les Ansaars (ceux qui ont accueilli ceux qui ont émigré vers eux) les ont
accueilli d’une telle façon, qu’on ne trouve nulle part ailleurs qqch qui
soit comparable. Le prophète(saw) a uni les Mouhâdjiriines et les Ansaars en
donnant à chaque Mohâdjir(r) un compagnon parmi les Ansaars(r). Abou Bakr(r)
a eu comme compagnon Khardja bin Zaid(r). Omar(r) a eu comme compagnon
Othmaan bin Baalik(r). Othmaane bin Affâne(r) a eu Ouwaiz bin Thâbit(r).
Ali(r) a eu Salmaane Farsi(r). Abdour Rahmâne bin Auf(r) a eu Saad bin
Rabi(r).
Abou Obeida(r) a eu Saad bin Maaz(r). Talha(r) a eu Kaab bin Mâlik(r).
Moussab bin Omaïr(r) a eu Ayyoub Ansaari(r). etc…

Les Ansaars(r)
ont tout partagé avec les Mohâdjiriines(r) pour l’amour d’Allah, car ils
étaient unis dans la foi véritable. Oh Allah, augmente la récompense des
Ansaars(r) qui ont ainsi montré ce que signifie la solidarité.

Où a-t-on un tel exemple d’amour, de respect, de fraternité, de solidarité?

Il semble qu’aujourd’hui, on a choisi la méthode complètement opposée, en
choisissant chacun, des frères musulmans pour leur tirer dessus.

Qu’Allah nous pardonne et fasse que notre seul désir soit celui du Prophète(saw),
çàd comment les gens vivent dans le bonheur dans cette vie et dans l’autre
en s’attachant dans cette vie à la religion véridique.

Wa Allâhou A’lam !

Et Dieu est Plus Savant !


* L’auteur de ce texte est notre regretté frère Salaam. Ne l’oubliez pas dans vos pieuses invocations.

Catégories : Rappels