La pudeur en Islam.

image_pdfimage_print

Je vais vous entretenir au travers de ces quelques lignes au sujet d’une chose qui, malheureusement, se fait de plus en plus rare de nos jours: il s’agit de la pudeur. C’est vraiment là un triste constat, mais à vrai dire, cela avait déjà été prédit par le Prophète Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam).

Cependant, avant de continuer, je vous propose de voir de façon un peu plus précise ce que je désigne par le mot pudeur. Les savants de l’Islam nous apprennent qu’il en existe deux types.

Le premier est la pudeur naturelle (« al hayaa-oun-nafsâniy »), celle qui existe en chaque être humain, placé en lui par Allah et qui est un sentiment de réserve et de retenue qui empêche l’homme de faire ou de dire des choses pouvant choquer ou revêtir un caractère blâmable.

Le deuxième type de pudeur (« al hayaa-oul-Imâniy ») résulte de la foi en Dieu. Cette pudeur, qui est propre au croyant, est une qualité qui habite son cœur et qui l’empêche de faire le mal quelque soit l’époque, l’endroit ou les conditions dans lesquelles il se trouve. Elle empêche au croyant de faire le mal, même quand il est seul et qu’il n’a personne pour le voir, car au fond de lui, il a la conviction qu’Allah le voit toujours. Contrairement au « hayaa-oun-Nafsaniy » qui existe naturellement chez l’homme, le « hayaa-oul-Imâniy » ne s’acquiert qu’à la suite d’efforts répétés. C’est à propos de cette pudeur que le Prophète (sallallâhou alayhi wa sallam) a dit: « … le Hayya est une branche importante de la foi. » En d’autres mots, le croyant doit s’abstenir de faire le mal, par honte à l’égard d’Allah.

Il est du devoir du musulman d’entretenir et de développer ces deux sortes de pudeur. Plus que tout autre, il se doit de manifester de la pudeur, envers ses semblables et envers Allah, dans son comportement, dans ses actes, et surtout dans sa tenue vestimentaire. Les enseignements du Qour’aane et de la Sounnah dirigent le musulman vers cette voie: tout acte ou comportement qui pourrait nuire à la morale publique a été prohibé par l’Islam. C’est ainsi que l’Islam a imposé aux hommes et aux femmes de couvrir certaines parties de leurs corps. D’après l’école hanafite par exemple, il est strictement interdit aux hommes de découvrir la partie du corps qui se trouve entre le nombril et les genoux inclus, et ce, en présence de n’importe qui (même des enfants ! exception faite cependant de l’épouse.)

Le Prophète (sallallâhou alayhi wa sallam) a aussi empêché aux musulmans de tenir un langage grossier et vulgaire, un langage qui serait justement contraire à la pudeur. Le Prophète (sallallâhou alayhi wa sallam) lui-même, lorsqu’il parlait à ses compagnons de sujets assez sensibles, employait toujours un langage plein de finesse et faisait appel à des métaphores, à des images, manifestant de la sorte sa pudeur jusque dans ses propos. On pourrait trouver encore beaucoup de Hadiths qui montrent l’importance que le Prophète (sallallâhou alayhi wa sallam) accordait cette qualité essentielle. Il disait en ce sens: « La pudeur n’amène que le bien. »Dans d’autres Hadiths, il a aussi fait allusion aux maux qui apparaissent dans une société où cette qualité tend à disparaître. C’est pourquoi il est triste de constater que de nos jours, elle se fait de plus en plus rare. Il faut reconnaître cependant que le musulman à la Réunion en particulier mais aussi dans le monde occidental en général est confronté à un dilemme. D’un côté il est conscient de l’importance de la pudeur en Islam. Mais de l’autre côté, il est submergé par le libertinage et l’impudeur qui règnent dans son environnement et dans la société dans laquelle il vit. Que doit-il faire alors ?

En restant dans le domaine du possible, et en gardant à l’esprit les réalités actuelles, je vais vous faire humblement trois propositions afin d’essayer de surmonter cette difficulté.

  1. Ne cherchons pas à révolutionner notre environnement, à tout changer autour de nous. Commençons par être gardien de la pudeur dans notre propre foyer, avec nos épouses, nos filles, et bien sûr nos fils. C’est là une tâche d’autant plus importante aujourd’hui que notre foyer est infiltré par des influences néfastes, qui contribuent à saper et à faire disparaître la bonne morale de notre famille. Comme il est triste de voir aujourd’hui différents membres d’une même famille, qui, sans aucune honte, sont assis devant un écran et regardent tout sortes d’images obscènes et immorales. Sincèrement, pensez-vous qu’avec de tels agissements la pudeur sera sauvegardée dans le foyer ?
  1. La deuxième chose qu’il nous est possible de faire pour sauvegarder la pudeur dans notre société, c’est de préserver notre regard, et ainsi être un peu plus à l’abri des tentations qui conduisent vers le libertinage. Le regard, ne l’oublions pas, a été qualifié de flèche de Satan dans les Hadiths.
  1. Et enfin, la troisième chose à faire, c’est bien entendu de fortifier notre foi en Dieu. Comme nous l’avions vu au début, la pudeur est aussi un fruit de la foi. Il est donc tout à fait logique que plus nous serons imprégnés par la présence d’Allah, et plus il nous deviendra difficile de le désobéir. A partir du moment où nous aurons en nous cette présence divine, cette honte d’aller à l’encontre des commandements divins, il nous sera beaucoup plus facile de nous préserver des actes et des comportements répréhensibles et immoraux, même lorsqu’il n’y aura personne pour nous voir. Les Traditions nous apprennent que les Compagnons R.A. eux-mêmes ressentaient souvent le besoin de revivifier leur foi. Qu’en est-t-il de nous, qui vivons en cette fin de 20ème siècle, dans un environnement où le matérialisme règne en maître, et où on a tendance trop souvent à oublier Allah ?

Il est fort possible, Insha Allah, que si nous allons suivre ces conseils, nous pourrons apporter une contribution importante dans l’effort de sauvegarde de la pudeur et de la bonne morale dans nos sociétés.

Qu’Allah nous aide tous à y parvenir.

Âmine.

Tags: ,